top of page
Rechercher

Pourquoi est-ce que j’aime saint Jean Bosco ?


Jean Bosco est né en 1815, près de Turin au nord de l’Italie. Il est le troisième garçon d’une famille de modestes cultivateurs. Adolescent, il joue à l'acrobate pour distraire sainement les garnements de son village. Devenu prêtre à force de sacrifices, il se dévoue aux jeunes ouvriers de Turin abandonnés à eux-mêmes. Il crée pour eux un centre de loisirs, un patronage, puis un centre d'accueil, puis des ateliers. Rien de tout cela n'était planifié à l'avance, mais ce sont les besoins immenses qui le pressent. Jamais il ne refuse d'accueillir un jeune, même si la maison est petite, même si l'argent manque. Sa confiance absolue en la Providence n'est jamais déçue.

Ses "enfants" seront bientôt des centaines et tous se feraient couper en morceaux pour Don Bosco. Sa mère, Maman Marguerite, vient s'installer près de lui et jusqu'à sa mort, elle leur cuira la polenta et réparera leurs vêtements.

Très marqué par la spiritualité de saint François de Sales, Jean Bosco invente une éducation par la douceur, la confiance et l'amour.  Don Bosco mourra, épuisé, en 1888. Don Bosco est béatifié le 2 juin 1929 et canonisé le 1er avril 1934.

 

 

Les dizaines de miracles qu’il a vécu durant sa vie m’impressionnent. Un jour, un homme avait été envoyé par ses opposants politiques pour tuer Don Bosco dans une ruelle sombre. Un chien, sorti de nulle part, attaqua l’homme et sauva Don Bosco. Plusieurs fois, ce chien sauvera de façon inattendue Don Bosco en disparaissant toujours ensuite. Don Bosco confesse ensuite son attaquant et lui trouve un travail de garde-chasse.  Un autre jour, Don Bosco n’avait plus que 15 pains pour nourrir les 300 enfants dont il prenait soin. Il commença la distribution de pains, tous les enfants furent nourris et à la fin il restait 15 pains dans la corbeille ! J’aime le fait que ces miracles faisaient partie de la vie quotidienne de Don Bosco, il ne s’en vantait pas. Il avait une énorme confiance en Dieu, cela me donne envie d’avoir la même confiance en Dieu.

 

Il ne se décourageait pas lors des épreuves. Un jour, de fortes pluies détruisent le chantier du centre d’accueil en construction pour les enfants pauvres. L’architecte se désole d’être ruiné. Don Bosco dit : « C’est le diable qui veut nous décourager… mais il se trompe… nous rebâtirons, et plus grand ! » Et c’est ce qu’il fit ! Cela me donne envie d’être persévérant et de ne pas abandonner quand je suis confronté à un problème.

 

Une épidémie de choléra venant de Florence se répandait à Turin. Don Bosco proposa aux grands jeunes dont il s’occupait de prendre soin des malades, ils sauvèrent des centaines de personnes et aucun d’entre eux ne fut malade. Les médecins ne comprenaient pas comment cela était possible, Don Bosco dit que c’était le ciel qui les avait protégés. Cela me fait croire qu’on peut faire de grandes choses avec Dieu et que Dieu veille sur moi.

 

 

Il s’occupait des enfants pauvres en jouant avec eux, en faisant du sport, en gagnant leur confiance. C’était très différent de tous les éducateurs de son époque. J’aime cette ambiance joyeuse !

 

Saint Jean Bosco est mon saint préféré. A l’image de Don Bosco, soyez cool car Dieu veille !

 

                                                                                                                      Colomban

 

Sources : Bande dessinée « Don Bosco », Editions du Triomphe

 

25 vues0 commentaire

Comments


bottom of page