top of page
Rechercher

Pourquoi Saint François de Sales, un évêque savoyard né en 1567, influence-t-il aujourd’hui ma vie d’épouse et de mère ?

Dernière mise à jour : 10 févr.



Il y a une dizaine d’années, j’ai été interpellée par un article regroupant des extraits des écrits de Saint François de Sales. L’une de ses intuitions se traduit par cette phrase : « Non par la force, mais par l’amour ». Cette phrase m’a touchée car je pouvais essayer de l’appliquer à toute ma vie et elle rejoignait une intuition profonde de mon cœur : seul l’amour compte. Il me semblait que je tenais là un programme simple, accessible et lumineux pour m’approcher de Dieu, cela m’a donné envie d’en savoir plus sur ce saint.


Qui est Saint François de Sales ?

François est né le 21 août 1567 en Savoie, dans une noble famille catholique. Il est l’ainé de la famille, destiné à une brillante carrière juridique mais lui, très jeune se sent attiré par le sacerdoce. Le père de François l’envoie étudier à Paris et durant ses études, à 19 ans, François découvre la doctrine calviniste de la prédestination. Selon cette doctrine développée par Calvin, à la suite de St Augustin, Dieu a prédestiné certains à être sauvés. Cela laisse sous-entendre que d’autres sont donc prédestinés à aller en enfer. François qui a un tempérament scrupuleux, acquiert alors la conviction qu’il est prédestiné à être damné.  Il est taraudé par la question : Suis-je aimé de Dieu ? Il va être libéré de cette angoisse devant une statue de la Vierge. En la priant, François fait l’expérience de la miséricorde qui va être fondatrice pour toute sa vie. Cette expérience l’ancre dans l’optimisme et dans la confiance joyeuse.

Une fois devenu prêtre, il est envoyé pour évangéliser une région devenue protestante, et comme personne ne vient l’écouter, il imprime ses homélies et les placarde dans la rue. Il est considéré comme patron des journalistes pour cette raison. Il lance des débats contradictoires sans jamais chercher à blesser. Il affirme : « Je vous assure que jamais je ne me suis servi de répliques piquantes que je ne m’en sois après repenti. Les hommes font plus par amour et charité que par sévérité et rigueur. » La méthode douce et la persuasion de l’amour de François font merveille : beaucoup d’habitants reviennent au catholicisme. 

En décembre 1602, François est ordonné évêque de Genève en résidence à Annecy. Il décide pendant quatre ans de visiter toutes les paroisses de son diocèse. Il devient aussi le directeur spirituel de femmes vivant dans le monde et il les conseille pour avoir une vie spirituelle selon leur état. Tous ces conseils sont rassemblés dans un petit livre appelé « Introduction à la vie dévote ». Dans le langage d’aujourd’hui, on parlerait plutôt de vie spirituelle. 

En 1610, il fonde un premier couvent de la Visitation avec Sainte Jeanne de Chantal à Annecy.

Un jour, on lui montra des pauvres qui s’étaient mutilés afin d’attirer les aumônes. Bien qu’il ne soit pas dupe, saint François de Sales chercha à voir au-delà : s’ils font cela, dit-il, c’est qu’ils sont désespérés.

Il meurt en 1622, il est canonisé en 1665 et déclaré docteur de l’Eglise en 1877.

François de Sales a eu un immense rayonnement dans l’Eglise. Sa spiritualité a nourri des personnes très diverses. Saint Jean Bosco s’est inspiré de lui pour fonder sa congrégation. Louis et Zélie Martin ont vécu de sa spiritualité qui a donc profondément marquée leur fille sainte Thérèse de Lisieux. 


Pourquoi me parle-t-il aujourd’hui dans ma vie d’épouse et de maman ?


Aimer ma vocation

Pour Saint François, la sainteté passe par l’amour de sa vocation. Il faut l’aimer parce qu’elle est celle que Dieu nous a donné, là où il nous a mis, là où il nous veut. Et si on lui objecte que c’est la main des hommes qui nous a mis en cette vocation, il répond qu’une fois que nous sommes là, Dieu a permis que nous y soyons et que nous pouvons y consentir paisiblement, joyeusement et de bon cœur. Aimer ma vocation, c’est vouloir pleinement ce que je suis, vivre pleinement ma vie de femme mariée.


Prier à tout moment

« Vous devez mesurer la longueur de vos prières à la quantité de vos affaires ; et puisqu’il a plu à Notre Seigneur de vous mettre en une sorte de vie en laquelle vous avez perpétuellement des distractions, il faut que vous vous accoutumiez à faire vos oraisons courtes. » « Je voudrais que le matin, vous pliiez les genoux devant Dieu pour l’adorer, faire le signe de la Croix et lui demander sa bénédiction pour toute la journée. » 

Ces conseils me sont accessibles, je peux poser, au cours de ma journée, ces petits moments de prière.


Le but de ma prière est la charité

« Rien ne sert de réserver des heures de prières et de solitude à Dieu si pour cela il faut négliger son mari, sa famille, ses proches ». Saint François m’apprend que ma prière doit être la source d’un amour toujours plus grand pour les autres.


Faire les choses tranquillement

Habituée à courir toute la journée, à manger en vitesse, faire mille choses en même temps, Saint François m’invite à prendre le temps d’agir paisiblement : « Ne vous hâtez pas tant, car la paix, la tranquillité, la douceur d’esprit est précieuse, et le temps s’emploie plus utilement quand on l’emploie paisiblement. »


Ne pas me fâcher d’être fâchée

Saint François me propose de garder la paix du cœur quand je me mets en colère. Le risque est de se mettre en colère de s’être mis en colère. On ne fait alors qu’augmenter le trouble. « Reprenez votre cœur et remettez-le entre les mains de notre Seigneur. »


M’abandonner à Dieu

« Se confier à Dieu au milieu de la douceur et de la paix, chacun presque sait le faire, mais se remettre à lui entre les orages et les tempêtes, c’est le propre de ses enfants, se remettre à lui avec un entier abandonnement. Si vous le faites, vous serez toute étonnée, qu’un jour, vous verrez évanouis devant vos yeux tous ces épouvantails qui maintenant vous troublent. » Saint François de Sales m’apprend la confiance et l’abandon. Que craindre puisque je suis à Dieu ?



Alors que Saint François de Sales a écrit ces conseils il y a plusieurs centaines d’années, ceux-ci résonnent fortement avec ma vie d’aujourd’hui, cela me touche beaucoup de voir que le cœur des Hommes est traversé par des réalités universelles et intemporelles. Saint François de Sales, avec douceur, me propose un chemin vers Dieu exigent. Il ne cherche pas à me tromper ou m’illusionner, il m’annonce une vérité accessible par des actes concerts. Des actes de charité envers moi-même, envers les autres, qui prennent source dans une vie de prière incarnée, pour marcher vers le Père.  Beau programme, non ? 


Marie-Sophie


Sources : revue Il est Vivant ! n°359


Vous souhaitez approfondir sur la vie de Saint François de Sales?

-Les Lettres intimes de Saint François de Sales, présentées par le Père A. Ravier dans un style abordable et vivant, vous feront découvrir cette grande figure de l'Eglise. -Le livre Introduction à la vie dévote écrit par Saint François de Sales approfondit la pratique de l'oraison et comment grandir en vertus.  NB: Le style littéraire peut sembler plus ardu, ne pas hésiter à cibler des chapitres à partir de la table des matières. 



21 vues0 commentaire
bottom of page